Texte de l’arrêté

Arrêté relatif à l’octroi d’une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l’arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006)

Le Gouvernement wallon,
Vu le décret du 11 juillet 2002 relatif à l’octroi d’une prime à l’intégration de
l’e-business dans les petites et moyennes entreprises;
Vu l’avis de l’Inspecteur des Finances, donné le 12 septembre 2002;
Vu l’accord du Ministre du Budget, donné le 19 septembre 2002;
Vu la délibération du Gouvernement sur la demande d’avis à donner par le Conseil d’Etat dans
un délai ne dépassant pas un mois;
Vu l’avis 33.976/2 du Conseil d’Etat, donné le 21 août 2002, en application de l’article 84, alinéa
1er,1° des lois sur le Conseil d’Etat;
Sur proposition du Ministre de l’Economie, des P.M.E., de la Recherche et des Technologies nouvelles,

Arrête:

Article 1er

Pour l’application du présent arrêté, il y a lieu d’entendre par:

  1. le décret: le décret du 11 juillet 2002 relatif à l’octroi d’une prime à l’intégration
    de l’e-business dans les petites et moyennes entreprises;
  2. le Ministre: le Ministre qui a la recherche et les technologies nouvelles dans ses attributions;
  3. l’Administration: la Direction générale des Technologies, de la Recherche et de l’Energie du Ministère
    de la Région wallonne;
  4. l’entreprise: l’entité économique telle que définie à l’article 1, § 1 er,
    du décret;
  5. la prime: l’aide octroyée pour la création d’un site e-business;
  6. l’application informatique: la mise en oeuvre d’un procédé informatique;
  7. le site e-business: l’espace virtuel qui se trouve sur le réseau Internet contenant diverses sortes d’informations
    ou d’applications informatiques et qui permet à une entreprise d’accélérer et d’automatiser:

    • la vente de produits ou de services destinés au consommateur au sens de l’article 1er de la loi du 14 juillet
      1991 sur les pratiques du commerce, l’information et la protection du consommateur;
    • la vente de produits ou de services destinés à toute autre entité économique;
    • le partage avec d’autres entités économiques d’informations ou d’applications informatiques,
      par le biais de techniques sécurisées, en vue de faciliter ou d’accroître les activités de
      ces entités;
  8. l’adresse IP: les coordonnées électroniques d’un site sur le réseau Internet, présentées
    sous la forme d’une série de chiffres;
  9. l’identifiant: l’ensemble de lettres ou chiffres, sorte de code secret propre à chaque utilisateur lui
    donnant accès à certaines parties d’un site e-business.

Article 2

En vue de bénéficier de la prime, l’entreprise introduit une demande auprès de l’Administration.
La demande est effectuée par courrier ordinaire ou par courrier électronique selon le modèle établi par le Ministre. Elle contient:

  1. une copie des statuts de l’entreprise;
  2. un dossier exposant:
    • le contenu et les caractéristiques du site e-business en projet, dans le respect des conditions déterminées
      aux articles 7, 8 et 9;
    • la manière dont l’entreprise envisage la gestion technique du site e-business et l’adaptation de son fonctionnement
      à la mise en ligne du site;
    • les objectifs poursuivis par la création du site e-business;
    • les éventuels moyens de promotion du site e-business;
  3. l’évaluation du coût pour la réalisation du projet de site e-business déposé;
  4. une liste des aides de minimis accordées à l’entreprise dans la période de trois ans précédant
    le dépôt de la demande, ou susceptibles d’être accordées à la date de la décision
    d’octroi de la prime;
  5. à défaut de la liste visée au 4°, une déclaration de l’entreprise certifiant qu’elle
    n’a pas bénéficié d’aides de minimis et ce, durant la période de trois ans précédant
    le dépôt de demande, et qu’elle n’est pas susceptible d’en bénéficier à la date
    de la décision d’octroi de la prime;
  6. les pièces attestant que l’entreprise répond aux critères visés par l’article 1, §
    1er, du décret;
  7. les documents apportant la preuve que l’entreprise est en règle vis-à-vis des législations et
    réglementations fiscales, sociales et environnementales.

Article 3

§1. Dans les cinq jours ouvrables de l’introduction de la demande, un accusé de réception est adressé par l’administration à l’entreprise l’autorisant à développer et à mettre en ligne le projet
de site e-business et mentionnant la date de réception ainsi que le nom de l’agent en charge du dossier auprès de l’administration. L’autorisation visée à l’alinéa 1er ne préjuge pas d’une décision favorable
ultérieure.

§ 2. L’Administration procède, pour tout projet reçu, à une évaluation portant
sur la faisabilité du projet, la viabilité du projet, le caractère raisonnable des moyens prévus
par l’entreprise pour la réalisation du projet et la réunion des conditions d’octroi. L’Administration
se fait assister par un expert externe appartenant au secteur concerné. L’expert qui est chargé de rendre un avis dans les 15 jours de réception du dossier sur la demande de l’entreprise est choisi sur une liste d’experts
établie et mise à jour par le Ministre.

§3. Dans les quinze jours ouvrables de la réception du dossier, l’administration peut adresser à l’entreprise une demande relative aux renseignements manquants en lui accordant un délai de trente jours
ouvrables afin de compléter son dossier. Si l’entreprise n’a pas transmis dans les trente jours ouvrables les renseignements sollicités, l’administration lui fait parvenir par lettre recommandée ou par
tout moyen faisant preuve de l’envoi, un rappel lui accordant un nouveau délai de trentre jours ouvrables. Si les renseignements sollicités n’ont pas été transmis à l’expiration de ce délai, le Ministre
prend une décision de refus de la prime, notifiée par l’administration à l’entreprise par lettre recommandée ou par tout moyen faisant preuve de l’envoi.

§4. Dans les soixantes jours ouvrables qui suivent selon le cas la réception de la demande visée à l’article 2 ou des renseignements manquant visés au §3, le Ministre prend une décision d’octoi ou de
refus de la prime, notifiée par l’administration à l’entreprise par lettre recommandée ou par tout moyen faisant preuve de l’envoi. S’il sagit d’une décision de refus l’entreprise
peut adresser à l’administration dans les quinze jours ouvrables de la notification un courrier reprenant les motifs de son désaccord sur ladite décision. Dans les trente jours ouvrables qui suivent la
réception du courrier visé à l’alinéa 2, le Ministre revoit le cas échéant sa décision qui est notifiée à l’entreprise par lettre recommandée ou par tout moyen faisant preuve de l’envoi.

§5. L’arrêté ministériel d’octroi de la prime détermine notamment l’objet, le montant et le bénéficiaire de la prime. Il précise l’obligation pour l’entreprise d’informer l’administration de toute nouvelle
aide de minimis sollicitée par l’entreprise ou octoyée par une autorité publique, pendant une période de trois ans à dater de la décision d’octroi de la prime. Si au cours de la période visée à l’alinéa
2, le montant cumulé des aides de minimis risque de dépasser 100.000 euros, l’administration en informe l’entreprise ainsi que l’autorité publique compétente pour l’octroi de la nouvelle aide de minimis.

Article 4

Le montant des dépenses éligibles doit atteindre un minimum de 5.000 euros. Le montant de la prime
ne peut être inférieur à 2.500 euros, ni supérieur à 15.000 euros.

Article 5

La liquidation de la prime est subordonnée à la vérification, par l’Administration, de l’adéquation
du site e-business avec le projet pour lequel la prime a été accordée. Cette vérification qui
porte sur l’existence du site, sur la présence des conditions minimales visées aux articles 7, 8 et 9 du
présent arrêté et sur la conformité des factures aux dépenses admises intervient dans les
trente jours de la transmission des éléments visés à l’alinéa 2.

La prime est liquidée à l’entreprise après que celle-ci a fourni à l’Administration:

  1. les preuves des dépenses réalisées par l’entreprise pour la création du site e-business;
  2. l’adresse IP du site e-business;
  3. le cas échéant, un accès au site e-business.

Article 6

Si
l’entreprise possède déjà un site e-business, ou si l’entreprise a déjà reçu
une prime " cartes de visites d’entreprises " de l’Agence Wallonne à l’Exportation pour une réalisation
sur support multimedia (Internet) ou une prime en vertu des arrêtés du Gouvernement des 15 octobre 1998, 20 juillet
2000 et 15 février 2001 octroyant une prime aux entreprises qui créent ou développent une plate-forme
de commerce électronique, le projet introduit pour l’octroi de la prime devra apporter au site une modification
et une plus-value jugées notables par le Ministre.

Article 7

Si le site e-business permet la vente en ligne aux consommateurs, il doit respecter l’ensemble du droit positif
belge et contenir:

  1. une présentation de l’entreprise et ses conditions générales de vente;
  2. la liste des produits et services mis en vente sur le site avec leurs tarifs;
  3. la possibilité de communiquer avec l’entreprise par le biais du courrier électronique, ainsi qu’un
    formulaire électronique de commande avec accusé de réception;
  4. une description précise du système de paiement ainsi que du mode et des délais de livraison;
  5. une mention indiquant que le site respecte la législation en matière de protection des données à
    caractère personnel, ainsi qu’en matière d’information et de protection du consommateur;
  6. l’indication de la juridiction compétente en cas de litige;
  7. un mode de facturation en ligne;
  8. un mode de paiement électronique sécurisé dont le choix est laissé à l’entreprise;
  9. au moins deux versions linguistiques différentes.

Article 8

Si le site e-business en projet permet la vente en ligne à d’autres entreprises, il
doit respecter l’ensemble du droit positif belge et comprendre:

  1. une présentation de l’entreprise et ses conditions générales de vente;
  2. la liste des produits et services mis en vente sur le site à l’entité cliente connectée avec
    leurs tarifs établis en fonction de cette entreprise;
  3. la possibilité de communiquer avec l’entreprise par le biais du courrier électronique, ainsi qu’un
    formulaire électronique de commande accessible par l’entité cliente via un identifiant et un mot de passe
    propres, et un système permettant de gérer les identifiants;
  4. une description précise des systèmes de paiement et de livraison;
  5. l’indication de la juridiction compétente en cas de litige;
  6. au moins deux versions linguistiques différentes.

Article 9

Si le site e-business en projet permet la communication ou le partage d’informations ou d’applications informatiques
avec d’autres entreprises, en vue de faciliter et/ou d’accroître leurs activités
économiques, il doit respecter l’ensemble du droit positif belge et comprendre:

  1. une présentation de l’entreprise et ses conditions générales de vente;
  2. une énumération exhaustive du type d’informations ou d’applications informatiques qui peuvent être
    communiquées ou partagées par les entités économiques ayant accès au site, et qui sont
    appelées à représenter une part significative du chiffre d’affaires de l’entreprise;
  3. les mesures destinées à assurer l’intégrité des informations faisant l’objet de la
    communication et des applications informatiques partagées, tant lors de leur stockage que lors de leur communication;
  4. la juridiction compétente en cas de litige.

Article 10

La prime peut couvrir les frais d’hébergement du site, pour une durée maximale d’un an, à
l’exclusion des coûts liés à l’usage de la technique de communication utilisée.

Article 11

Le décret entre en vigueur le jour de la publication au Moniteur belge du présent arrêté.

Article 12

Le Ministre de la Recherche et des Technologies Nouvelles est chargé de l’exécution du présent
arrêté.

Article 13

Le présent arrêté entre en vigueur le jour de sa publication au Moniteur belge.
Namur,
Pour le Gouvernement,
Le Ministre-Président J.-Cl. VAN CAUWENBERGHE,
Le Ministre de l’Economie, des PME, de la Recherche et des Technologies Nouvelles, S. KUBLA

Téléchargement